Skip to content
28 février 2011 / MarikaMTL

Une télé en pleine mutation

Écrans de télévision

J’ai toujours beaucoup regardé la télévision québécoise : de Passe-Partout, à 19-2, en passant par Tout le monde en parle, les nouvelles, Lance et Compte et même La Bonne Aventure! Vous devinez que je me délecte, chaque semaine, de Les Enfants de la Télé... que de souvenirs pour la téléphile que je suis!

Les séries produites partout dans le monde regorgent de qualité et de créativité. Et le Québec n’est pas en reste, autant dans sa réalisation, ses textes, que dans ses interprètes.

Des coffrets DVD à la télé-réalité

Tout d’abord, l’offre des séries en format DVD, sans avoir l’avantage du premier visionnement, a conquis plusieurs amateurs (parlez-en aux fans de 24 Hours!) qui n’avaient plus à attendre une semaine entre chaque épisode ou qui ont découvert une série qu’ils avaient manquée.

Nous avons vu apparaître peu à peu le phénomène de la télé-réalité, que plusieurs ont dénoncé haut et fort, mais qui bon an, mal an, attire des millions de téléspectateurs. La plus grand changement provient, à mon avis, de la multiplication des plateformes de visionnement.

La télévision mobile

J’ai une vie sociale plutôt remplie, qui me fait souvent « rater » mes émissions. Si dans les premières années, je programmais mon vidéo pour les réécouter plus tard, il y a eu quelques années de vide, où l’option vidéo est devenue désuète. Et puis, il y a eu Vidéotron qui a lancé Illico, qui permet de visionner ses émissions préférées au moment qui nous convient. Quelle révolution dans ma vie! Cependant, la majorité des émissions disponibles sont celles de TVA (et ses canaux complémentaires) ou encore des plus anciennes, pour lesquelles il faut payer, la plupart du temps.

Aujourd’hui, la télé est disponible partout, tout le temps, en HD, en lowD (!), sur mon ordi (via Tou.tv, CastTV, Netflix, les sites web des canaux de télévision), sur mon Iphone – avec l’application de Tou.tv – en streaming, ou Apple TV et à la rigueur, YouTube. D’autres sont plus « délinquants » que moi et téléchargent sur des torrents.

Quel est l’avenir de la publicité télé?

Si les plateformes se multiplient, l’offre se divisent : webtélé, film publicitaire, stunt, série traditionnelle, informations continues, actualités en temps réel. Nous sommes sollicités par tellement de variétés, d’accessibilité vidéo, nous devenons, je pense, de plus en plus exigeants. Si toute l’offre explose, quel sera l’avenir d’une partie de son financement par les spots publicitaires traditionnels ?

Les modèles publicitaires vont exploser, c’est déjà commencé. Il y aura de plus en plus d’interactivité, qui ne pourra qu’ouvrir sur la créativité, l’ingéniosité. Le placement de produits, sur une série regardée en streaming ou non, où il sera possible de cliquer pour obtenir la possibilité de se procurer le produit en question. Les Manolo Blahnik de Carrie (Sarah Jessica Barker) dans Sex and the City? Clic, ils arrivent par la poste. Les kits originaux de Sophie Paquin? Clic, on tombe sur le site de la boutique d’un jeune designer, qu’on parcourt en ligne, avec un essai sur son mannequin virtuel. Bruno Blanchet en Thaïlande dans Partir Autrement? Clic, un agent de voyages est disponible pour clavarder en ligne et vous proposer un voyage qui vous convient.

La télé et les médias sociaux

Les séries télé créent leur page Facebook. Celle de La Galère est animée par Renée-Claude Brazeau elle-même, qui a même intégré des commentaires de téléspectatrices dans ses épisodes. Sans parler du twivage (merci Nellie Brière de ce néologisme!) qui donne un avantage au téléspectateur et aux artisans de créer un effet de proximité, en temps réel.

On parle alors ici de télé sociale qui regroupent des téléspectateurs captifs, en même temps. C’est à mon avis toute cette interactivité qui permettra au téléspectateur de voir un avantage à regarder les émissions « en direct ». Et aux annonceurs de tirer leur épingle du jeu.

—————-

Je prépare ce billet depuis une semaine. Je vois que je suis dans la tendance(!) avec ces articles que je vous suggère :

Hugo Dumas, chroniqueur télé (La Presse) : Les visages du twivage

Alain McKenna, chroniqueur techno (La Presse Affaires)  : Les médias sociaux pourraient sauver la télévision traditionnelle

—————–

On reste dans le thème : Rédigé en écoutant la trame sonore de Trauma, interprétations magnifiques de Ariane Moffat.
  1. claude1660 / mar 1 2011 00:26

    Merci pour cet excellent article,
    L’information en général, les loisirs, deviennent surabondants, chacun à l’embarras du choix pour consulter ce qu’il veut suivant ses affinités, et en plus tout cela devient « gratuit » et libre d’accès ce qui pour moi est l’avenir ! la publicité payant le reste ou les plus gourmands, pour moi le reste c’est-à-dire les communications, et encore plus de services vont devenir « gratuits » pour les moins riches, le transport, la nourriture, l’habitation, etc. devraient suivre le même chemin pour un monde parfait, c’est vrai qu’il y a du chemin avant d’en arriver là, mais je suis optimiste (rêveur !) et j’ai confiance en l’humain pour y arriver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 4 654 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :