Réflexions sur mes vacances numériques et résolutions

Deux semaines. Deux semaines sans tweeter, sans facebooker, sans fil RSS, sans texter, sans ordi. Mon Iphone a été utilisé qu’en lecteur MP3. Je n’ai pas que pris des vacances du travail, j’ai pris des vacances technologiques.

Pendant mes vacances 2.0, j’ai raté les voeux de Bonne Année, les commentaires du Bye Bye, les innombrables Top Ten, les tuyaux gelés du chalet d’un tel, les photos des enfants morveux et aux joues rouges d’une sortie à l’extérieur. Pour le moment, rien qui ne me fasse regretter ma pause numérique des Fêtes. J’ai par contre raté la saga de cet ami caméraman, arrêté en Mauritanie et accusé de complot et d’espionnage. J’aurais aimé le suivre assidument, mais voilà, j’ai pris une pause. Je comprends ma mère de ne pas avoir de nouvelles des siens aussi souvent parce qu’elle ne navigue pas sur le web…

Je suis active sur Facebook depuis 4 ou 5 ans, je ne sais plus. Plusieurs amis retrouvés grâce à cette plateforme insidieuse. Dans 20 ans, nous pourrons dire qu’il y a eu avant Facebook et après Facebook. Peut-on en dire autant de Twitter? Ou ce « service » s’inscrit globalement dans la vague 2.0?

Si sur Facebook j’ai retrouvé des gens que je connaissais déjà, sur Twitter, j’ai développé de toutes nouvelles relations. Des coups de cœur (notamment ceux et celles surnommés amicalement mes 3M) aux relations virtuelles, personnelles, professionnelles ou autres relations basées sur des passions et intérêts, je ne suis pas prête à renier la venue de Twitter dans ma vie, mais…

Il y a un mais…

Mais voilà que ma courte pause m’a tout de même fait réfléchir à l’importance, surtout en terme de temps, que j’accordais aux médias sociaux. Trop de « présentéisme » je crois. À force de faire de la lecture rapide, de consommer des liens en moins de deux minutes, de me trouver des trucs mnémoniques pour me souvenir de qui m’avait référé tel lien ou qui avait aimé le même artiste que moi, j’en suis venue à développer un déficit d’attention, à ne plus focusser sur les choses importantes, et surtout à entretenir plus régulièrement des liens avec ma nouvelle communauté virtuelle au détriment de mes amitiés de longues dates pourtant plus réelles. Je me suis rendu compte que mes principales conversations tournaient autour des médias sociaux. Avec des amis plus ou moins présents sur ces réseaux, j’en venais à parler un peu dans le vide… Et mon nouveau déficit d’attention ne faisait perdre le focus sur ce dont ils ne parlaient.

J’ai pris conscience que cet automne, j’ai principalement fréquenté des gens que j’ai connus sur les médias sociaux, ou encore dans le milieu du Web. Non pas que je le regrette car j’ai fait de belles rencontres enrichissantes, me sentant souvent privilégiée d’être là. (Merci Claude!)

Alors mes résolutions 2011 :

Être plus présente de corps et surtout d’esprit, avec mon entourage, les gens qui sont importants pour moi.

Me brancher dans les temps morts, une fois que l’important ou l’essentiel dans ma vie quotidienne soient accomplis.

Être plus pertinente sans perdre mon authenticité.

Bref, gardez le focus.

———————–

Certaines résolutions médias exposées par Nathalie Collard dans un billet paru le 5 janvier m’ont interpellée. Je vous invite à le lire plus en détail, chaque résolution y est brièvement expliquée.

  1. Acquérir une hygiène de vie numérique
  2. Lire moins, mais mieux
  3. Diversifier ses sources
  4. Partager des liens
  5. Redécouvrir la radio
  6. Mieux protéger ses données personnelles
  7. Gérer ses multiples identités numériques
  8. Faire le ménage régulièrement
  9. Découvrir de nouvelles pratiques journalistiques
  10. Lire de longs articles

Et vous, avez-vous pris vos résolutions numériques?

3 réflexions sur “Réflexions sur mes vacances numériques et résolutions

  1. Une seule résolution pour moi : publier plus d’articles et
    de podcasts sur mon blogue, car j’aime ça. L’idée est d’avoir du
    plaisir avec quelque chose que j’aime faire. Tu parles de longs
    textes. C’est ce que j’aime faire. Mais, la mode est
    malheureusement au court texte et la lecture en diagonale. J’aime
    Twitter, mais ça manque souvent de contexte et de
    profondeur.

  2. Je ressens sensiblement la même chose que toi. Ta réflexion
    semble dans l’air du temps, du moins c’est ce que je remarque dans
    mon entourage. Beaucoup de gens autour de moi ont pris une pause
    2.0 pendant les Fêtes: un débranchement complet pour certain, un
    ralentissement pour d’autres. Peut-être est-ce le signe que la
    frénésie autour des infinies possibilités que nous offrent les
    médias sociaux s’estompera un peu, pour laisser place à une
    utilisation plus modérée. Cela me semble dans l’ordre des choses.
    Toute nouveauté fascinante emballe, au début. Et pousse parfois aux
    excès. Pour ceux d’entre nous qui vivons (ou qui avons vécu) cette
    découverte avec intensité (parfois même avec démesure), il est
    évidemment souhaitable de revenir les deux pieds sur terre, et de
    donner à cette nouvelle passion une place raisonnable dans nos vies
    «réelles», afin qu’elle n’empiète pas sur les gens qui gravitent
    autour de nous en chair et en os…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s